Appel pour une sortie de crise à Notre Dame des Landes

Les représentants du « mouvement » de Notre Dame des Landes, comprenant neuf « composantes » dont l’ACIPA, les agriculteurs historiques, des représentants de la ZAD… rencontrent Mme la Préfète ce mercredi 18 avril à 14 h 30.

Nous préparons un texte sur notre analyse de fond sur ce conflit, mais cela demande un peu plus de temps et beaucoup manquent d’informations concrètes pour pouvoir prendre position. Dans le contexte actuel nous relayons un appel avec lequel ceux et celles qui seraient d’accord peuvent s’associer.

 

ZAD de NDDL : APPEL POUR UNE VRAIE SORTIE DE CRISE !

Avant la reprise du dialogue avec la préfète de Loire-Atlantique, des organisations nationales, associations, collectifs et personnalités, appellent fermement le gouvernement à permettre une vraie sortie de crise à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, pour éviter un nouveau Sivens. La tentative d’expulsion des habitant-es de la ZAD engagée la semaine dernière par le gouvernement s’est soldée par un échec cuisant et prévisible. La méthode forte employée, brutale et guerrière a blessé de nombreuses personnes, semé la révolte et relancé un conflit stérile. Nous répétons que la poursuite des expulsions serait dramatique et ferait risquer un nouveau Sivens. L’afflux de soutien en un temps record sur ce territoire est le révélateur du profond attachement inter-génerationnel à ce lieu devenu un symbole d’expérimentation et d’espoir, bien loin des caricatures grossières et hâtives que veulent en donner certains politiques et ministres. Le gouvernement continue néanmoins de mettre le couteau sous la gorge aux habitants encore non expulsés, menace des espaces d’activités non encore détruits, en enjoignant les habitants à accepter avant le 23 avril 2018 un modèle de régularisation purement individuel, qui opérerait un tri inacceptable entre eux. Alors que sur la Zad, solidarité et dimension collective sont expérimentées chaque jour et sont un des piliers de projets de vie. Une écoute honnête et réelle quant à cette dimension collective du projet porté pour l’avenir de la Zad est essentielle. Une place doit être laissée à ce titre à des activités qui ont un caractère agricole, mais aussi artisanales, culturelles, sociales, ainsi qu’à l’ensemble des habitats. C’est ce maillage d’activités qui fait la richesse de ce lieu, un espace rural vivant, un lieu expérimental à cultiver, une singularité à préserver. Alors que le mouvement d’occupation a accepté un nouveau rendez-vous avec la Préfète le 18 avril, nous ne pouvons croire que le gouvernement s’enferme définitivement dans une logique martiale, en méprisant au passage le soutien large dont bénéficie l’expérience de la Zad, comme le week-end du 14-15 avril l’a largement montré, sans laisser une place réelle au dialogue. Nous réaffirmons donc notre soutien au territoire de la ZAD et demandons au gouvernement d’agir pour une véritable sortie de crise par le haut : – En sortant de l’ultimatum du 23 avril pour permettre un dialogue de long terme en posant un calendrier aux échéances raisonnables et soutenables – En retirant le dispositif militaire pour permettre des discussions apaisées – En laissant la porte ouverte aux projets de prise en charge collective des terres de la ZAD par celles et ceux qui l’habitent. Il s’agit aujourd’hui d’admettre, au niveau gouvernemental, que d’autres modèles de schémas sociétaux sont désirable et possibles, que des projets d’agriculture innovants sont à expérimenter et que la répression aveugle ne peut avoir de place dans une société équilibrée, démocratique et affichant sa volonté d’aller de l’avant.

Contact (pour signature) : soutiensavenirzad2018@riseup.net

Publicités

de nouveau : contre les expulsions !

Nous avions lancé en décembre 2016 un appel contre l’expulsion des agriculteurs à Notre Dame des Landes. Vous avez été plus d’un millier à soutenir cet appel. La lutte collective a permis d’éviter les expulsions. Et le projet d’aéroport a été enfin abandonné en février 2018.

Mais depuis lundi 9 avril 2018, nous renouvelons notre appel à lutter contre l’expulsion menée par l’État. Nous respectons la décision de rouvrir les routes et de garantir la liberté de circulation sur le territoire, et nous avions compris que les sites ayant élaboré un projet agricole ne seraient pas détruits. Au contraire, le site des « 100 noms » qui porte un réel projet collectif, qui avait déposé collectivement un projet, a été détruit ce lundi. Parce que ce n’était pas un projet « individuel » ! Et l’État annonce vouloir en détruire d’autres.

Nous demandons qu’un véritable dialogue soit mis en place, respectant le choix légitime de projets collectifs, qui sont d’ailleurs une tradition dans le milieu agricole. Comme l’écrit le Pape dans Laudato si : « On peut faciliter des formes de coopération ou d’organisation communautaire qui défendent les intérêts des petits producteurs et pré­servent les écosystèmes locaux de la déprédation. » (180).

L’avenir de Notre-Dame-des-Landes, à écouter sur Fleur de Sel

Le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes est abandonné, mais se pose maintenant la question de l’avenir de ce territoire.

L’émission Fleur de sel, l’écologie intégrale, sur Radio-Fidélité, diffuse la semaine du 19 au 24 mars 2018 un débat sur l’avenir à Notre-Dame-des-Landes, avec trois personnes fortement impliquées  dans ce projet :

Marcel Thébault, agriculteur éleveur laitier au Liminbout

Elisabeth Guist’hau, membre de la coordination des organisations contre le projet d’aéroport (désormais abandonné),

Antoine, habitant de la ZAD.

L’émission est diffusée Lundi 19 mars à  17h ; la nuit Mardi 2h ; Jeudi 4h ; Samedi 24 mars à 9h ; Dimanche 25 mars à  12h03
FM sur Châteaubriant 97.2, Pornic 92.5, Nantes 103.8,

Pour les auditeurs hors Loire-Atlantique et après le 25 mars elle est disponible en podcast  sur la page de l’émission http://radiofidelite.fr/fr/fleur-de-sel/

Ou si elle ne s’affiche pas sur cette page, directement : http://radiofidelite.fr/fr/fleur-de-sel-17/

et ne manquez pas la semaine du 9 avril, aux mêmes horaires, une interview de Trinidad Ramirez, membre du Front de lutte pour la terre, qui se bat contre un projet d’aéroport à Mexico sur les terres des paysans d’Atenco.

Pour écrire aux producteurs de l’émission : fleurdesel@radio-fidelite.com 

ou directement http://radiofidelite.fr/fr/fleur-de-sel-21/

Une émission radio sur une approche chrétienne de l’écologie

Une émission radio hebdomadaire sur une approche chrétienne de l’écologie, Fleur de Sel. Cette émission se place dans la lignée de l’écologie intégrale et de l’encyclique Laudato si. Elle est animée par des membres du groupe Ecologie parole de chrétiens du diocèse de Nantes et diffusée sur Radio-Fidélité.

Vous pouvez l’écouter en direct en Loire-Atlantique (quatre rediffusions dans la semaine), Lundi 17h ; Mardi 2h ; Jeudi 4h ; Samedi 9h ; Dimanche 12h 03

ou en podcast sur

 

http://radiofidelite.fr/fr/fleur-de-sel/

Bonne écoute !