Le projet de territoire Nantes St-Nazaire et le Bien commun, lecture critique

Le projet de Schéma de cohérence territoriale (SCoT) pour Nantes Saint-Nazaire est actuellement soumis à enquête publique jusqu’au 21 octobre,. L’approuver tel qu’il est présenté semble aller à l’encontre du Bien commun et serait contradictoire avec nos engagements en lien avec Laudato si. Nous souhaitons partager avec vous ce  questionnement.

Le premier Bien commun c’est notre capacité à vivre ensemble, dont la dimension politique est indissociable. L’objectif annoncé de loger 100 000 habitants de plus, dont 1/3 viendrait de l’extérieur et 2/3 principalement du vieillissement est basé uniquement sur une projection statistique si les tendances actuelles se poursuivaient. Doit on laisser s’installer la satisfaction de grossir plus vite que les autres territoires, avec un taux de croissance double du taux moyen en France. N’est-ce pas une absence de réflexion politique ? Ces projections consacrent  le règne de la concurrence entre territoires, contraire à la défense du Bien commun, qui ne peut pas s’arrêter aux frontières de la métropole. Ceci évite de poser la question du pourquoi de cette croissance, et des limites. Jusqu’où ?

« Le moment est venu de prêter de nouveau attention à la réalité avec les limites qu’elle impose, et qui offrent à leur tour la possibilité d’un développement humain et social plus sain et plus fécond. » Laudato si (LS) § 116

Le Bien commun c’est notre environnement, les espaces non encore construits, la biodiversité, le linéaire de talus et de haies,  les  zones humides… Le projet de SCoT annonce de nouvelles constructions sur 8 500 ha, dont la moitié dans les zones déjà urbanisées, la moitié en extension des zones urbaines. Il indique que la moitié du territoire est classé en zones d’intérêt écologique qu’il faut préserver, mais prévoit à côté de développer des constructions en partie sur ces zones, d’arracher des haies, de combler des zones humides, sans préciser sur quelles surfaces. Les surfaces de compensation des constructions ne sont pas comptabilisées…

« La sauvegarde des écosystèmes suppose un regard qui aille au-delà de l’immédiat, car lorsqu’on cherche seulement un rendement économique rapide et facile, leur préservation n’intéresse réellement personne. » LS 36

Le troisième est notre climat. Nous émettons 12,5 tonne équivalent CO2 par habitant et le projet pour 2030 prévoit une augmentation du trafic routier,aérien et maritime en affirmant que l’amélioration des voies de circulation et celle de l’intermodalité réduiront les émissions de gaz à effet de serre. Aucune évaluation de  l’augmentation des gaz à effet de serre due au trafic et la réduction qui viendrait d’une amélioration des voies ou de l’intermodalité n’est fournie. Une affirmation non argumentée donc. Il est prévu de même  la construction des 100 000 logements sur 18 ans : ceci  utilisera des tonnes de ciment, un vecteur de gaz à effet de serre particulièrement important.

«  La réduction des gaz à effet de serre exige honnêteté, courage et responsabilité, surtout de la part des pays les plus puissants et les plus polluants. » LS 169

Le quatrième c’est l’emploi, le droit au travail pour tous. Le projet de SCoT ne comprend que des incantations à une adéquation entre l’offre et la demande d’emploi, à développer les formations, et affirme que les filières dites d’avenir créeront de l’emploi. Sans tenir compte de l’impact en émission de gaz à effet de serre de ces filières, ni que le numérique a tendance à supprimer désormais plus d’emplois qu’il n’en crée. Sans réfléchir à d’autres voies comme les technologies à basse consommation d’énergie (low-tech). Sans essayer non plus de rééquilibrer l’emploi avec les communes du sud Loire du territoire.

Il propose d’une part de renforcer les exportations et d’autre part de développer les circuits courts pour les consommateurs locaux, une contradiction et une injustice : les comportements vertueux des circuits courts seraient-ils réservés aux habitants de la métropole ?

« La diversification de la production ouvre d’immenses possibilités à l’intelligence humaine pour créer et innover, en même temps qu’elle protège l’environnement et crée plus d’emplois. » LS 192

Enfin, un schéma suppose que l’on se donne les moyens d’en suivre la réalisation, avec des indicateurs chiffrés. Le projet actuel comprend bien un tableau d’indicateurs,  mais dont 1/3 ne sont pas chiffrés, et ne comporte aucune indication des objectifs fixés.

Nos propositions :

Vivre ensemble

Définir un objectif de croissance de la population  et une limite, avec des critères tels que la qualité de vie et la croissance partagée avec les autres territoires

Élaborer un scénario incluant la  densification par une augmentation de l’occupation des logements

Notre environnement

Indiquer l’espace précis ( quantité et localisation) qui sera affecté aux mesures de compensation des projets actuels et futurs

Prendre position contre toute atteinte à une zone Natura 2000, y compris près du port

Évaluer les surfaces de bocage et le linéaire de haies qui seraient supprimés par l’urbanisation et les équipements

Climat et transports

Faire un tableau comparatif de la réduction des émissions de GES (gaz à effet de sere) par unité transportée du fait des nouvelles modalités de transport et de leur augmentation par la croissance du trafic.

Faire une prévision du trafic du port en fonction de l’objectif de contribuer à la réduction de 50 % notre consommation d’énergies fossiles, donc nos importations.

Évaluer l’effet sur la santé des augmentations d’émissions de particules fines et des gaz à effet de serre du fait de l’augmentation des trafics routier et aérien.

Inclure les émissions générées par le port et l’aéroport actuel et en projet dans le bilan global des émissions de GES

Évaluer les émissions de GES de la construction de 100 000 logements.

Droit au travail

Élaborer un plan de développement d’une filière low-tech, préparer un pôle d’excellence sur la maintenance réparation.

Faire des propositions pour un rééquilibrage des emplois entre les différents communes

Évaluation

Faire un tableau de suivi avec des indicateurs d’objectif chiffrés

Nantes le 27 septembre 2016
Le groupe de l’appel de chrétiens pour le Bien commun à Notre Dame des Landes

https://nddlbiencommun.wordpress.com/
nddl.laudatosi@gmail.com

Dossier détaillé en  analyse-rapports-scot-detail-9oct
(Dossier provisoire, qui sera enrichi de nos échanges)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s